L'amour de soi

Paru dans Holistik magazine page 18.

Cause de tous les drames de ce monde, l’amour.

 

Trop d’amour ou manque d’amour ? Il n’y aura jamais trop d’amour.

 

Si tout le monde s’aimait, nous ne serions pas en conflit, en guerre.

 

Sommes-nous réellement en conflit avec les autres ou avec nous-mêmes ? 

 

En imposant nos idées, nos pensées, nos croyances, sommes-nous respectueux de nous-mêmes ? Si nous étions clairs avec nous-mêmes, nous n’imposerions rien à l’autre. Nous le respecterions et chacun pourrait alors penser, agir selon ses idées, ses aspirations. Lorsqu’une personne nous dérange, est-ce après cette personne que nous en avons ou après nous-mêmes ?

 

Qui cherche l’amour ? Se faire aimer par l’autre, se faire accepter, chercher l’attention de l’autre ? Ne passons-nous pas notre temps à chercher, pour certains même désespérément ?

 

Nous cherchons à l’extérieur et lorsque nous le trouvons, il ne peut qu’être éphémère.

L’amour commence par nous, en nous.

 

Que veut dire s’aimer ? S’aimer, c’est s’accepter tel que l’on est. C’est ne pas se juger, se critiquer, se condamner, se dire que l’on pourrait faire mieux … et j’en passe.

Lorsque nous nous acceptons tel que nous sommes, il y a déjà un respect, respect de faire de notre mieux avec les moyens que nous avons à notre disposition et aussi avec ce que nous avons reçu par notre éducation.

 

Qui, lorsqu’il y a douleur ou maladie, veut que cela cesse vite ? Bien évidemment nous avons envie que cela s’arrête mais en étant amour, amour envers nous-mêmes, amour pour notre corps, cela se pose à l’intérieur de nous. Une douleur ne vient-elle pas donner un signal ? Le corps est-il une machine qui doit fonctionner parfaitement ou est-il bien vivant, nous alertant avec ses signaux à lui ?

 

Très tôt, on « gave » nos enfants pour qu’ils apprennent et qu’ils correspondent aux critères des statistiques. Puis à la maison, il faut qu’ils travaillent encore s’ils n’y arrivent pas. S’accumulent ensuite les tensions, le manque de concentration, la fatigue, l’énervement… il y a saturation. « L’oie est pleine ». Et on est noté sur les performances ; et c’est parti pour un avenir où il faut avancer, avancer et encore avancer. Les problèmes de relations s’y greffent et c’est l’engrenage.

 

Si nous pouvions transmettre à nos enfants l’amour de soi. Apprendre à s’écouter, apprendre à respirer : c’est si simple et si important pour l’équilibre, rester bien avec soi, se relaxer, se mettre à l’écoute de ce qui se passe dans notre corps. Ecouter le silence, être attentif à tout ce qui nous entoure et laisser cette énergie emplir notre corps, notre cœur. La vie alors circule librement donnant un état de légèreté et vivant. Etat d’amour, amour véritable.

 

C’est par notre écoute intérieure que nous accédons à l’amour en soi et à l’amour de tous les règles : humain, animal, végétal, minéral.

 

A l’Amour de tout ce qui EST.

 

 

 

 

 

Voir le magazine.

Écrire commentaire

Commentaires : 0